Lettre à mes 20 ans

Side note comme diraient les grands brittons ; j’ai écrit cet article le 3 janvier, puis la vie et les coups du sort nous ont bouleversé alors je l’ai oublié. Je viens de le retrouver alors je partage.

Aujourd’hui tu as 30 ans, tu n’en reviens pas.
Poursuivre la lecture de « Lettre à mes 20 ans »

Publicités

De 2016 à 2017

Il y a quelques années lorsque je célébrais mon anniversaire, j’avais pour habitude d’écrire un article sur Facebook sur une rétrospective de l’année écoulée. C’était un mélange de bons moments passés avec ma famille, mes amis et les personnes que j’avais rencontrés avec un état des lieux de ce qui c’était passé et les conclusions que je pouvais en tirer. Poursuivre la lecture de « De 2016 à 2017 »

Kiss it, kiss it better baby

Est-ce que finalement nous aimerions le plus les gens qui nous maltraitent ?

Il y a peu, je discutais avec un collègue qui m’a lâché un « d’façon vous les filles, vous n’aimez pas les garçons gentils ». Et si ma première réaction a été de répondre « c’est absolument faux, en tout cas pour moi ce n’est en aucune façon vrai », je dois avouer que j’ai été piqué au vif.

Que j’s’explique.  Poursuivre la lecture de « Kiss it, kiss it better baby »

Never too late to say sorry, Justin…

… Timberlake. Ouai c’est à toi que je m’adresse Justin Timberlake. Parce que tu vois, il y a un autre Justin qui est en train de truster la place que tu avais, toi, dans mon cœur.

Au début, tu vois, j’assumais pas. Puis je me suis résignée parce qu’il faut bien avouer que ce Justin est tout aussi talentueux, bien entouré niveau prod et beau que toi à son âge.
J’arrête le suspense, tu vois bien de qui je parle. Oui, oui, on parle bien de Justin Bieber. LE Biebs. Et oui, je suis pas loin de devenir une complète beliebers hashtag midinette. Ouai. Et force est de reconnaître que c’est un peu de ton fait. C’est pas faute de t’avoir prévenu pourtant. Si tu veux bien, on va revenir sur toute l’histoire pour que tu puisse comprendre ce qui se passe.
Poursuivre la lecture de « Never too late to say sorry, Justin… »